Analyse Aérodynamique Ferrari F14T

3934158327

L’analyse aérodynamique de la Ferrari F14 T, qui a choisi un museau complet sans protubérance pour calquer son design sur le règlement technique 2014.
Dans le but qu’aucun appendice ne vienne perturber le captage de flux d’air alimentant le fond plat, une philosophie différente, qui d’après les teasing de Mercedes serait aussi à venir sur la W05 (à voir), mais à mon goût, loin d’être la meilleure option, en effet cette solution, offre une surface moindre au flux capté

Commençons par l’aileron avant :

2759160882

1 – Générateur de vortex (turbulence) pour éloigner le flux d’air le plus possible de l’arrète de l’aileron donc du pneu.

2 – Appendice arrondi, afin que l’air rejeté latéralement par l’aileron couvre une surface plus importante.

Schéma ci dessous :

2443584735

Les flèches bleu foncé symbolisent comment le flux d’air sera dévié, la flèche bleu ciel démontre que l’air rejeté par l’aileron sur son côté vient en opposition à l’air circulant le long de la traverse d’aileron. contrairement à ce que vu jusqu’alors sur les F12014 déjà présenté, Ferrari a choisi de fermer l’orifice latéral de l’aileron sur le dessus afin d’en augmenter sa rigidité et d’éviter une perturbation causée par les pointes des arêtes.

à présent le museau et autres élément importants sur l’avant :

3385498910

Flèches bleu foncé : l’absence d’appendice (Nez) entre les potences d’aileron avant, ouvre grand l’espace sous le museau pour le passage du flux d’air en direction du sabot du fond plat.

Flèches bleues ciel côté gauche : le deuxième étage d’aileron est dédié à l’éjection d’air sur les côtés de l’aileron en opposition au flux d’air naturel pouvant entrer en contact avec la bande de roulement du pneu.
Flèches bleues ciel côté droit : le flux d’air capté sur l’aileron avant est guidé en partie vers les tirants de suspension pour rigidifier la suspension à haute vitesse et canaliser ce flux vers les ailerons montés sur les pontons.
Il est important pour le maximum d’appui cette saison sur l’avant et l’arrière, de tenter de propulser un flux d’air qui viendra appuyer sur les tirants de suspension afin de rendre la voiture plus dure à haute vitesse, tout en gardant de la souplesse lors des virages lents et sortie de virage.

Aérodynamique sur la coque et le fond plat :

3773925533

Ferrari se sert des caméras de la FOM pour canaliser le flux le long de la coque (Aspect, que le règlement technique 2014 tentait d’enrayer, mais à première vue à amplifier pour cette saison, plus que jamais les caméras de la FOM, font partie intégrante de l’aérodynamique), j’en veux pour preuve l’image DAO/CAO d’un ordinateur Ferrari avec à l’écran le museau

2141141642

Continuons avec le passage du flux d’air sur la coque et pontons :

561993565

Des petits ailerons en prolongement des déflecteurs verticaux servent à plaquer le flux aérodynamique sur les pontons. un « bossage » a été opéré sur les pontons (Flèche verte), ils aident grandement a diriger le flux parcourant les pontons afin qu’ils restent plaqués au capot moteur.

Le flux d’air éjecté au niveau du sabot est collecté par des déflecteurs, afin de les canaliser à l’entrée du fond plat et jusqu’à l’endroit ou les fond plat est relevé.

le flux d’air est bien canalisé sur toute le longueur du fond plat et dévié à l’arrière avant les roues arrières par des sidepods ou déflecteurs afin de canaliser l’air vers le diffuseur.

1672389736

On a dit 2014 une année de moteurs?, je dirais Aéro aussi, jamais autant de finesse, et d’imagination a été déployé aux monoplaces dès leurs lancement.

3097309532

Flèche verte : Le fond plat est relevé dès son extrémités afin de collecter le flux d’air venant percuter le déflecteur qui collecte l’air du sabot, cette saison ce déflecteur est utilisé sur ses deux faces. Cette saison aussi, le règlement 2014 a essayé de mettre fin aux échappements soufflés, mais encore les ingénieurs ont eu le dernier mot, un habile dispositif a été monté sur la F14T afin de souffler à l’extrémité du tube d’échappement les gaz chauds en direction du beam wing afin de générer de l’appui. l’air est capté par une orifice sous le Air Horn et acheminé dans un canal intégré au capot moteur jusqu’à au-dessus du tube d’échappement, afin d’augmenter l’efficacité de ce dispositif, une prise d’air à effet venturi a été créée dans la partie médiane de ce canal.

Voir sur les 3 photos ci dessous :

2031349404

Flèche verte : Orifice d’entrée d’air de soufflage sous le air horn

Flèches bleues : le flux d’air qui y pénètre.

3941276250

Le flux d’air est capté sous le air horn, il circule dans le canal intégré sous le capot moteur, il capte plus d’air grâce à l’aspiration Venturi (les 4 petites flèches bleues) et est soufflé au dessus des gaz d’échappement.

je rappelle ici les fondamentaux du principe du venturi :

2394120602

Lorsque l’on fait circuler un flux d’air dans un tube ou le long d’un canal ( Tube ou la flèche bleue circule) ont créé une dépression dans le tube connexe (tube incliné avec la flèche verte), du fait de cette dépression de l’air est aspiré (Flèche verte) et se voit mélangé à la sortie du tube principal (Flèche verte flèche bleue)? ce principe fonctionne aussi pour la circulation de l’air au-dessus d’une surface percée, plus la surface percée aura une incidence (inclinaison) plus l’efficacité et le volume d’air aspiré sera important.

Donc voici comment Ferrari a su amplifier son ingénieux système de soufflage :

2720037800

Flèches bleues : Air frais soufflés au-dessus des gaz d’échappement (flèches rouges) et les rabattre sur les tirants de suspension (wishbones).

Flèches oranges : l’air de refroidissement de l’unité de puissance est soufflé lui aussi sur les tirants de suspension.

afin d’apporter un appui supplémentaire du fait de l’abolition du Beam Wing et de raidir la suspension, afin d’appuyer les roues un maximum au contact du bitume.

4199334505

Dans le cercle à droite on vois que le wishbone est très profilé afin de générer un maximum d’appui  suite aux restrictions du règlements 2014.

Dans le cercle à gauche on vois un étagement de petits ailerons chargés eux aussi à « raidir » la suspension à haute vitesse et garder la souplesse de la suspension dans les virages et sorties de virages

 

Publicités
Cet article, publié dans Aérodynamique, Analyse, Ferrari, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Analyse Aérodynamique Ferrari F14T

  1. Ping : RADIO PADDOCK #19 : Marco Mattiacci, l'ère du renouveau? | Méca Web

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s